Le chien noir

  • Lucie Baratte
17€ 2020, 14 x 20 cm et rabats latéraux de 8 cm, 188 p. ISBN: 978-2-490501-08-3

Autres parutions

Postface d'Elisabeth Lemirre

Il était une fois un conte obscurci, englouti par un océan de ténèbres, qui gisait tout au fond du foyer des histoires, étouffé en secret sous le gris de la cendre.

Dans un pays lointain, la jeune Eugénie est mariée de force au mystérieux Roi Barbiche par son père. Commence alors pour elle un voyage aux confins du monde qui l’entrainera dans un château rempli de noirceur.

Pensé à la fois comme une relecture de Barbe bleue, une réponse littéraire aux contes des Précieuses du XVIIIe siècle et aux romans magiques d’Angela Carter, Le chien noir s’inscrit dans une histoire féminine de la littérature. Celle d’Anaïs Nin, de Mary Webb, en passant par les sœurs Brontë ; des autrices qui refusent l’ordre établi et le bousculent par l’expression d’un désir éclatant. La mise en lumière de l’étrangeté personnelle devient ainsi une arme d’émancipation.

Originaire du nord de la France, Lucie Baratte est née en 1981.
Le chien noir est son premier texte de fiction. Dans ce livre à la lisière des genres, les contes de l’enfance y rencontrent les tremblements et l’effroi du roman gothique.

On ne publie plus de livres comme celui-là, sombre et magique, inventant un monde où se confondent les parfums des temps très anciens et la folie pop de l'art actuel.

Corentin , Librairie Au Brouillon de culture, Caen

C'est l'histoire passionnante d'une émancipation féminine. Un grand roman noir et terrifiant !

Mathilde, Librairie Lettres à Croquer, Villeubanne

Si pour une fois, vous lisiez au-delà des lignes, au-delà de l'horizon sombre, froid et dérangeant de l'île du roi Barbiche, pour lire la domination masculine, les errements patriarcaux, l'animalité de nos rapports de genre ?

Emmanuel , Librairie l'Affranchie, Lille

Un conte sombre, hors du temps et extrêmement moderne, poétique et dur, et qui se lit presque d'un trait...

Tatiana, Librairie Les villes invisibles, Clisson

Distillant des éléments anachroniques pour noyer les pistes sur l'époque du conte et empruntant le style du roman magique d'Angela Carter, l'auteure, offre ici un premier roman d'une grande cohérence

Teddy Lonjean, Un dernier livre avant la fin du monde

L'éclat noir d'un conte gothique dont la langue merveilleuse réveille chez le lecteur le souvenir d'autres contes.

Grégory, Librairie les Arcenaulx, Marseille

Fantastique à tout point de vue !

Hélène, La chouette librairie, Lille

Le chien noir est un conte touffu au poil rêche, un texte à la profondeur chaude et aux reflets luisants, c'est le compagnon de vos nuits noires. Absolument génial !

Andreas, Librairie Myriagone, Angers

Une voix féminine et féministe qui porte un conte gothique à la fois intimiste et universel

Léa, Librairie Les mots et choses, Boulogne

Il était une fois un premier roman aux charmes incomparables. Il était une fois une autrice talentueuse. Il était une fois un conte qui n'attendait que vous pour en savourer toute sa noire splendeur.

Alexandre, Librairie l'Arbres à Lettres, Paris

Maniant la langue avec délice et précision, Lucie Baratte compose un conte gothique qui se joue des codes du genre, plongeant le lecteur dans un univers vénéneux où tout est menace, à commencer par les hommes qui dominent, violent, puent, séquestrent.

Mathilde, Librairie Delamain, Paris